Actualités


Mise à jour : 25 avril 2019


Fermeture de la salle de lecture

La salle de lecture des Archives départementales de la Nièvre sera fermée au public 4 jours au mois de mai 2019.

 

- Mercredi 1er mai 2019

- Mercredi 8 mai 2019

- Jeudi 30 mai 2019

- Vendredi 31 mai 2019

 

En dehors de ces jours de fermeture, le personnel des Archives départementales de la Nièvre vous accueillera aux horaires habituels d’ouverture au public (9h-12h et 13h30-17h30)

Mise en ligne de la correspondance d'Achille Millien

Tout au long de sa vie, le poète et folkloriste nivernais Achille Millien (1838-1927), demeurant à Beaumont-la-Ferrière, a entretenu une abondante correspondance avec des personnalités littéraires et artistiques de France, d'Europe et d'ailleurs. En complément, sa correspondance privée témoigne de ses relations familiales et de ses affaires domestiques.

 

Ces documents, désormais en ligne, représentent la quasi-totalité du fonds 82 J (plus de 35 000 images) :

- correspondance privée (82 J 5-370)

- quelques portraits d'Achille Millien (82 J 371)

- correspondance artistique et littéraire avec des individus (82 J 383-2439).

 

Nous avons également réalisé un catalogue des cartes postales nivernaises reçues par Achille Millien. Elles sont accessibles dans le formulaire de recherche iconographique.

82 J 639 - CHARMOT, marchand forain à Guérigny (Nièvre) : 1 carte postale illustrée (1904).
82 J 1409 - Lettre de Victor HUGO à Achille MILLIEN écrite à Guernesey (28 juin 1862).

Un amour d'archiviste

Un archiviste sachant classer vient d’exhumer une correspondance bien étonnante. En effet, notre collègue, Jean-Claude Guyot, préparant son départ à la retraite, a entrepris de ranger ses dossiers en suspens. Il a ainsi retrouvé une pochette rose, à la couleur prédestinée, portant la mention au crayon : Correspondance personnelle de Louis Martin, employé aux Archives.

 

Dès l’ouverture de cette chemise, de nombreux baisers, divers et variés, sautent aux yeux. Il s’agit de cartes postales envoyées par « Margot » à « Mon Louison » ; la plupart sont illustrées au recto de scènes de baisers fougueux et datent de 1919-1920.

Louison

Une rapide recherche nous permet de découvrir l’identité véritable de Louis Martin. Il s‘agit de Louis (Auguste, Pierre, Simon) MARTIN. Lorsqu’il reçoit ces lettres, il est employé à la Préfecture de la Nièvre. Auparavant, il était militaire. Né le 28 décembre 1874 à Peyrat-le-Château dans la Haute-Vienne, il s’était engagé, le jour de ses 18 ans.

Après 18 ans de carrière dans l’infanterie, il avait quitté l’armée en 1910 avec le grade d’adjudant et avait intégré alors la Préfecture de la Nièvre comme « Expéditionnaire de 7ème classe ». Rappelé le 1er août 1914, dans l’infanterie territoriale, il « fait » sa guerre, comme capitaine et en rapporte une blessure au bras, la Légion d’honneur (chevalier, le 5 août 1917) et sa Croix de Guerre avec 4 citations (à l’Armée, au Corps d’Armée, à la Brigade et au Régiment). Durant le conflit, il entretient une correspondance avec sa marraine de guerre « Margot ».

Libéré en novembre 1919, il reprend son poste à la Préfecture. Il retrouve également sa femme, Albertine et sa fille Simone. En effet, le couple s’était marié en 1904 et avait eu une fille deux ans plus tard.

 

Il entre aux archives en 1923, comme rédacteur de 3è classe. Il s’occupe particulièrement du dépôt légal des périodiques et du classement des sous-séries 3 E (Notaires) et 4 E (Etat civil). Il est ainsi l’auteur en 1933 du « Répertoire provisoire des minutes notariales ».

Il a également la lourde charge de surveiller le transfert des dossiers dans le nouveau bâtiment des Archives départementales édifié en 1927, rue Charles-Roy.

 

Sa carrière prend fin 1934 en obtenant le titre de sous-archiviste et ses longs services à la préfecture sont récompensés par l’obtention des Palmes académiques. Il décède le 18 décembre 1942, après s’être retiré en juin 1940 dans sa petite propriété de Parigny, à Jaunay-Clan dans la Vienne.

 

 

Margot

Si l’identité du soldat est connue, celle de la marraine de guerre Margot reste assez mystérieuse. Il s’agit d’une femme aisée résidant à Paris, mariée à un homme malade qui va décéder le temps de cette correspondance. Cette femme malheureuse traîne son spleen de voyages en voyages. A l’été 1919, elle rencontre pour la première fois Louis Martin. Il ne s’agit pas d’un piou-piou mais d’un homme mûr. Il a alors 45 ans. S’ensuit une aventure charnelle d’un jour, puis une correspondance amoureuse de quelques mois. Margot vient à Nevers rencontre toute la famille Martin, Louis, Albertine et la jeune Simone. On reste discret sur l’été 1919. La riche marraine couvre de cadeaux ses nouveaux amis. Et l’histoire, pour nous, s’arrête ici.

 

 

La correspondance

A son départ à la retraite Louis Martin laissera dans son bureau cette correspondance qu’il ne voudra pas emmener dans le domicile conjugal. De soutien moral réciproque à affection sincère et profonde, ces cartes postales sont le témoignage de cette aventure sentimentale et charnelle. Cent ans après, elles restent un témoignage émouvant mais également un sujet d’études et on ne peut s’empêcher d’évoquer L’Amant de lady Chatterley de D. H. Lauwrence, paru en 1928.

 

Désormais conservée sous la cote 1 J 743, cette correspondance est en cours d’inventaire et est librement communicable.

Plans cadastraux en ligne

Le château de Toury-sur-Abron (aujourd'hui Toury-Lurcy)

Les plans du cadastre ancien de toutes les communes de la Nièvre sont désormais en ligne.

 

Nouvelle mise en ligne de cartes postales anciennes

En décembre 2017, 2600 nouvelles cartes postales sont disponibles en ligne.

Vous pouvez désormais consulter 3300 cartes postales représentant les communes de la Nièvre.

La recherche est possible par lieux (Loire, Morvan, nom d'une commune...), par sujet (château, parc, gare...).

Cherchez un soldat dans le Grand Mémorial

La base nationale Grand Mémorial intègre les 113 325 soldats recrutés dans la Nièvre pour les classes 1887 à 1921.

Vous pouvez effectuer une recherche simple par nom et prénom, ou bien utiliser la recherche avancée pour renseigner davantage de critères : commune ou année de naissance, commune de résidence, profession...

Cette base de données constitue une source de première importance sur les soldats, dans le cadre de recherches généalogiques, d'histoire locale ou nationale. Elle permet par exemple de retrouver tous les poilus d'une commune ou bien d'une famille.

C'est une voie d'accès aux fiches matricules complémentaire de la recherche dans les archives militaires, où vous pouvez feuilleter les registres du recrutement en intégralité.

Archives religieuses du XIXème siècle

La série V (cultes 1800-1940) a été entièrement reclassée.

 

Elle présente un grand intérêt pour l'histoire religieuse de la Nièvre : les curés et leurs relations avec l'administration et les paroissiens, l'entretien des églises, les différentes congrégations, l'application de la loi de séparation des Églises et de l'Etat....

Des archives inédites du château de Meauce

Reconnaissance de bail : original de 1455 et copie de 1775 (120 J 62)

En 1775, le nouveau seigneur de Meauce envoie ses gens collecter et transcrire les archives perdues de son petit royaume afin de rénover son terrier. Les plus anciens documents remontent à 1397. Ce fonds "de Roffignac" est désormais classé et accessible sous la cote 120 J.

 

Retrouvez le passé de la contrée. Poussez les portes du château !